Trois principes pour favoriser le jeu libre

 
Le jeu libre est toute activité non structurée et initiée par l’enfant, lui permettant de développer son imagination en explorant le monde.
— Play and Playground Encyclopedia
 

Si le jeu libre est non structuré et initié par l'enfant, encore faut-il que l'enfant soit exposé à des contextes qui lui permettent de jouer librement.Ça tombe bien, nous avons tous la capacité de créer des opportunités de jeu au quotidien!

Voici trois notions "coups de coeur" qui guident maintenant nos actions dans la création
d'opportunités de jeux pour les petits et les grands

(pssst : C'est ce que nous avons découvert après des heures de lecture et de recherches,
grâce à des organisations et des individus qui nous ont grandement inspirées. Merci à tous ces intervenants!)

1. Cultiver un état d'esprit favorable

ba3971f26e3895521a1db529a8d661ce.jpg

l'enfant autonome

Les défenseurs du jeu libre présentent l'enfant comme étant curieux, débrouillard, autonome et apte à prendre ses propres décisions. L'enfant est libre de choisir les jeux qu'il veut et d'élaborer ses propres règles. 

LE PARENT FACILITATEUR

Le rôle du parent, alors, n'est pas de diriger ou de contrôler les activités de l'enfant, mais de faciliter ses actions. Le parent est un observateur. Et parfois un participant. 

Il y a quelque chose de vraiment libérateur à l'idée que nous n'avons pas à être de constants "entertainers" ou des "polices" pour les enfants. 

Les adultes sont là pour aider l'enfant à analyser les situations et à prendre des décisions par lui-même.

LE JEU AVANT LA PROPRETÉ

Le parent peut aussi montrer son support en donnant la permission aux enfants de se salir. Il peut même créer des moments de jeu spécifiquement pour se salir (ce qu'on appele du messy play ou un messy party). 

Dress for Mess! 

C'est le slogan qui nous a charmé dans la pédagogie du centre de la petite enfance de Patagonia. Les enfants sont libres de choisir leur habillement. Et se changent s'ils sont trop sales. Après tout, le linge est fait pour nous couvrir. Pas pour rester propre. 

LA PRISE DE RISQUE

Une attitude favorable au jeu permet la prise de risques. Grimper dans un arbre, utiliser des outils pointus ou coupants, jouer avec le feu... Les risques font partie du plaisir et de l'apprentissage. Le rôle du parent est de s'assurer de la sécurité d'un lieu et d'enseigner à l'enfant comment réaliser une activité risquée de manière à limiter les blessures. 

2. Aménager des espaces intéressants

On veut que les enfants décrochent des écrans et aillent jouer dehors, mais on doit se poser la question sincèrement :

Est-ce que ce qu'on offre dehors aux enfants est si intéressant? 

Est-ce que les enfants ont l'espace pour courir, grimper, sauter... ou se cacher?

Notre environnement influence nos comportements. 

Pour donner envie de bouger, il faut créer toutes sortes d'espaces (au pluriel) : Des aires ouvertes, des endroits pour être en groupe, des endroits pour être seul, des cachettes... 

La seule limite est votre imagination et celle de votre enfant. Voici tout de même quelques idées pour initier la réflexion sur ce qui peut être aménagé dans une cour :

 

Constructions : Une cabane, une structure à grimper, des murs d'escalade, des obstacles, une glissoire, des cordes de tarzan, des balançoires, des monkey bars, des poutres, des rampes de BMX/skate, un foyer...

Éléments naturels : Des arbres, des arbustes, des trous d'eau, un étang, des étendues de gazon, un jardin, des (grosses) roches, des buttes de terre, des carrés de sable, des trous...

 

Ce papa qui a transformé la cour familiale en course à obstacle pour sa fille de 5 ans nous a fait chaud au coeur. Et ça donne plein d'idées de choses à faire avec peu. 

 
 

3. Mettre à disposition du matériel et des éléments physiques mobiles

Déplacer des objets et configurer ses espaces permet à l'enfant de s'approprier son environnement. Si vous regardez votre cour, y a-t-il des choses à toucher, à déplacer, à frapper, à lancer, à construire ou à déconstruire? 

La communauté anglophone du jeu libre appelle ces éléments mobiles des "loose parts". Ce sont les matériaux de construction du jeu libre.

Le meilleur endroit pour en trouver? Dans le bac de récupération! Ou même dans les poubelles! 

 

Pièces libres : Des boîtes de carton, des tuyaux, des balles, de la corde, des contenants, des louches, des cuillères, des chariots, des cartons à oeufs, des rouleaux de papier de toilette, des briques, du tissu, des planches, des pneus, des bacs de lait, des roues de vélo, des tubes, des bâtons, des seaux, des valises, de la toile, des déguisements...

Éléments naturels : Des branches, de la terre, des rondins, des billots de bois, des feuilles, du sable, des roches, des bottes de foin, de l'eau...

 

Pour les curieux : Ce sympathique vidéo présente les pièces libres utilisées par Earth Day Canada dans le cadre de leur programme de jeu nommé Earth Play

Avec tous ces éléments en place,
l'imagination s'active et le jeu émerge naturellement! 


Encore plus d'idées pour jouer dehors

Capture d’écran 2018-05-18 à 23.05.27.png

Combat de boîtes de carton

745f1010b1099c07bb5753d358d7a20e.jpg

Idées de jeux en nature


Notre rêve est de voir des familles bouger au quotidien, dans tous les contextes. 

Si cette mission vous tient aussi à coeur, écrivez-nous! Il nous ferait plaisir de vous connaître! 

 
Marie-Claude Lacerte