Le Jardin Secret

Le Jardin Secret (The Secret Garden) est un film de 1993 racontant l’histoire de Mary Lennox, une orpheline envoyée chez son oncle en Grande-Bretagne après la mort de ses parents.

La gouvernante du manoir est dévouée, mais austère, interdisant à Mary de se promener à sa guise. Colin, le cousin de Mary, est lui-même alité depuis sa naissance par la dame qui en prend soin et qui le croit malade et fragile. Effrayé du grand air et de la lumière du jour, le frêle garçon ne se promène qu’en chaise roulante et devient lui-même convaincu qu’il va mourir jeune.

Mary est têtue et difficile. Explorant les environs malgré les restrictions de sa gouvernante, elle découvre un jardin abandonné par son oncle. L’accès y étant interdit, Mary s’y rend en cachette et revitalise le jardin en secret grâce à l’aide de Dicken, un jeune amoureux de la nature qui devient son ami. Grâce à la patience et aux soins des enfants, le jardin devient luxuriant, illustrant la guérison et la transformation des personnages.

f84b6e53d15fd0f554329db7ebd663a1.jpg
If you look the right way, you can see that the whole world is a garden.
— Frances Hodgson Burnett

Vingt-cinq ans après le visionnement du Jardin Secret, je retombe en amour avec ce film (c’est Marie-Claude qui parle). Enfant, l’ambiance froide du manoir m’effrayait. La dureté de caractère de Mary et de Colin m’intimidait également.

Aujourd’hui, je suis émerveillée par l’émotivité riche et complexe des enfants et reconnaissante que l’auteure ait créé de jeunes personnages avec autant de caractère. C’est si peu habituel que les émotions à connotation négatives soient incarnées à l’écran par des enfants. Ce film nous rappelle que la vie est juchée de difficultés et de tristesses et que les enfants ressentent les choses tout aussi subtilement et intensément que les adultes.

Le Jardin Secret apporte des réflexions intéressantes sur la mort, la connexion avec la nature et la renaissance. La condition de Colin est une illustration à la fois triste et belle de l’importance du mouvement et de la nature pour notre développement. Finalement, ce sont les enfants eux-mêmes qui prennent les choses en main et qui décident de faire sortir (et marcher) Colin pour la première fois. C’est un bel hommage à la fougue et à la détermination de l’enfance.

En plus, la musique est magnifique.

Nous avons encore probablement notre copie VHS du Jardin Secret, mais sans lecteur (et sans télévision), nous avons regardé le film ici.