L’avenir de la vie active,
c’est le mouvement.

Menu rapide

Histoire - Vision - Joindre le mouvement

Dans le temps, on devait bouger pour survivre

IMG_2647.png

Pis on jouait dehors, ensemble

IMG_2606.PNG

Bref, on bougeait naturellement

Que ce soit pour manger, se déplacer, se protéger, s'amuser, socialiser ou faire des bébés : On bougeait d’une multitude de façons, dehors, ensemble, tout au long de la journée. 

Notre quotidien était riche en mouvements.  

 
IMG_2593.PNG
 

Mais des milliers d'années plus tard...

 
IMG_26.png
 

On a (presque) pu besoin de bouger pour vivre

On a réussi à optimiser nos espaces de vie pour réduire au maximum nos efforts physiques et nos inconforts, autant dans nos tâches quotidiennes, que dans nos moments de jeu.

Survivre n’a jamais été aussi facile, mais notre quotidien n’a jamais été aussi pauvre en mouvements

 
IMG_2597.PNG
 

Et ça dégrade nos vies

Parce qu'il y a une grosse différence entre être simplement en vie et vivre pleinement.

 
IMG_2624.PNG
 

Notre corps n'investit pas dans ce qu'il n'utilise pas. Lorsqu’on réduit nos mouvements, on réduit, de jour en jour, notre capacité à bouger

Et perdre des aptitudes, c'est perdre des moments de vie.

Parce que les mouvements qu'on n'est plus capable de faire, c'est des moments qu'on n'est plus capable de vivre

Faque on doit trouver des solutions

Quand vient le temps d'être plus actif, la première chose qui nous vient à l'esprit, c'est de faire de l'exercice. Après tout, c’est ce qu’on se fait dire depuis les années 1980.

C'est-à-dire de réserver une plage horaire dans notre journée et de bouger pour dépenser le plus d'énergie possible.

 
IMG_2598.PNG
 

C'est mieux que rien, mais c'est pas idéal

Quelque chose n’allait pas. Durant notre vingtaine, on était remplis de volonté, mais plutôt sédentaires. On se sentait inconfortables dans notre corps et perpétuellement coupables de ne pas “bouger plus”.

Avec du recul, on a réalisé qu’essayer de squeezer une séance d'une heure dans un horaire chargé, pour dilapider de l'énergie, en répétant des mouvements isolés, dans un environnement artificiel... était une solution incomplète et peu naturelle.

L’exercice ne remplacera jamais une vie riche en mouvements. 

 
2FF0E292-8D9A-4D37-A8AA-920CA15A8FF3-3873-00000131BE6B704B.png
 

Une nouvelle vision du
mouvement

banner.png

Le potentiel oublié du quotidien

Et s’il existait autre chose en dehors de l’exercice?

Grâce à des années d’expériences personnelles (de défis et d’échecs), de recherches et de réalisations, nous avons découvert un univers entier de possibilités de bouger.

On dédie maintenant notre vie à repenser ce qu’est une vie active et à enrichir cette vision basée sur le mouvement.

IMG_2615.PNG

Marcher pieds nus, travailler debout, manger sur une table basse, peindre avec ses doigts, sentir la pluie sur sa peau ou la rosée sur ses pieds, faire un pique-nique dans la maison, masser un bébé, construire une rampe de skate dans sa cour, squatter aux toilettes, sauter dans les flaques d’eau, jardiner, faire des grimaces, marcher pour aller à l’épicerie, se déplacer en trottinette, danser en se réveillant le matin, faire le ménage… sont autant de façons de vivre en mouvement.

 

Trois principes fondateurs d’une vie riche en mouvements

  1. Bouger tout au long de la journée

La bonne nouvelle, c'est qu'on n'a plus besoin de chasser chaque fois qu'on veut manger. L'autre bonne nouvelle, c'est que notre quotidien regorge encore d'opportunités de mouvements. 

 
IMG_2599.PNG
 

Au lieu de se demander comment bouger une heure de plus par jour, on essaie de rediriger notre attention sur les 23 heures qui composent le reste de notre journée.

On cherche comment bouger autrement.

 

2. Valoriser le mouvement sous toutes ses formes

 
Capture d’écran 2018-10-22 à 17.14.43.png
 

Un quotidien riche en mouvements c’est vivre et jouer en réalisant des mouvements d'amplitude, d'intensité et de durée variées, tout au long de la journée, dans nos différents espaces de vie. 

Ça comprend l’entraînement physique et le sport, mais aussi les mouvements fonctionnels, le jeu libre, le transport actif, l’expression corporelle, les activités de motricité fine et les expériences sensorielles.

Notre corps (et notre esprit) bénéficie de tous les types de mouvements, petits ou grands.

 

3. Bouger pour se (re)connecter

À soi-même, aux autres et à la nature.

 
IMG_3225.jpg
 

Rejoignez la communauté
et cultivez le mouvement avec nous.

banner.png